Suivi de travail S1-2018 : Remise en question.

2018-09-02_22.02.38.jpg

Bonjour bonjour !

Comme vous avez pu le remarquer, je n’ai pas donné beaucoup signe de vie ces derniers mois. Pour expliquer cette absence, j’ai décidé de vous rédiger cet article, qui retrace un peu les derniers événements.
J’ai longtemps hésité à l’écrire, puisque cette première moitié d’année est bourrée d’échecs et de décéptions. Mais je pense que c’est toujours constructifs de partager ses expériences, et d’avoir en retour, des avis et des conseils.

Donc on commence avec les mois de Janvier / Février. On est en plein dans l’hiver des 6 ans de la demoiselle. C’est une période compliquée dans ma vie professionnelle et scolaire. Je ne suis pas au top de ma forme, et Foxy le ressent bien. 2018-09-02_22.04.30.jpgElle est très difficile dès qu’il s’agit de travailler, et très stressée dès qu’elle se retrouve seule. Donc en sachant que les copains sont souvent au box avec le temps pourri que nous avons eu, elle ne peut pas avoir un œil sur eux. Elle est très peu concentrée, me fait des démonstrations pas rassurantes de son mécontentement, et après plusieurs semaines de lutte, je finis mes séances (à pieds ou montées), d’à peine 10 minutes, en ayant les larmes aux yeux. Je n’arrive même plus à la garder sur la piste. Je perdais totalement ma motivation et ma confiance, à la fois en elle, et en moi.

Alors, qu’est-ce qui n’allait pas quand nous étions au travail ? Que faisais-je qui ne convenait pas ? Je ne comprenais pas où était le problème. Certes, on parle d’un cheval né à l’état sauvage, qui a été battu. Seulement on avait tellement progressé en un an …

Il y a quand même une note positive à cet hiver, c’est nos balades hebdomadaires avec une amie et son poney. Là, j’avais une Foxy exemplaire.

Pour essayer d’y voir plus clair, j’ai demandé à une autre propriétaire de prendre Foxy pour une petite séance de 15-20 minutes. Et là, tout s’est très bien passé. La jument a été très à l’écoute. Elle a réalisé les petits exercices sans hésitation et avec motivation. J’ai alors été partagée entre deux sentiments. Une part de moi était heureuse de voir mon bébé bien dans le travail, donc bien dans sa tête, et l’autre part, triste de voir que quelque chose clochait avec moi.
Toujours est-il que cette séance à redonné goût au travail à Foxy, et m’a redonné le sourire.

Pour être sûre de ne pas retomber dans l’erreur, j’ai décidé de prendre des cours avec ma belle. J’étais bizarrement stessée de ne pas être à la hauteur des attentes de ma coach. Je voulais y arriver, ne pas écraser Foxy de mes préaoccupations, et réussir à lui donner envie de travailler.
Le mois de Mars a, grâce à une petite remise en question, et une reconstruction de la confiance, été le plus productif et satisfaisant de la première moitié de l’année. Tout en continuant nos balades du dimanche, Foxy a démontré une véritable intelligence à l’obstacle, et un calme remarquable sur le plat. J’étais heureuse de la voir s’épanouir.

Malheureusement, nous n’avons pas continué sur cette lancée. Le mois d’Avril est synonyme de remise au pré jour et nuit pour la Miss. Et l’herbe bien riche des pâtures dû à une saison très pluvieuse n’a pas manqué d’engraisser nos chevaux. De ce fait, le petit surpoids de ma jument a entamé son moral, et a complètement cassé le travail que nous avions commencé. De plus, le départ de son copain de balade pour une autre écurie a fini de me l’achever.
Du coup, je me retrouve avec une jument qui ne reste pas sur la piste au galop, qui refuse TOUS les obstacles (de 20cm), et qui 2018-09-02_13.30.30.jpgn’est absolument plus concentrée pour aucune discipline. Et les balades … je n’en ai fait que deux minuscules avec elle entre Avril et Août. Je ne peux pour le moment plus partir seule avec elle. Depuis le départ de son copain poney, elle a peur de tout. Mais de vraiment tout. Insectes, oiseaux, branches d’arbres, longs brins d’herbe, et aussi de choses invisibles à mes yeux. Le souci étant que quand elle a peur, elle a des réactions totalement incontrôlées. Elle fait des demi-tours sur place pour partir ensuite au galop pleine balle. Mais le pire, c’est qu’en plus de partir dangereusement dans la boue (glissante), elle ne regarde absolument pas où elle va, et on a manqué de finir dans un grillage lors de notre dernière balade. Elle présente un instinct de fuite vraiment dangereux.

Entre temps, j’ai décidé de reprendre les cours en club, afin de progresser autrement. De continuer d’apprendre, pour ensuite apprendre à Foxy.
Sauf qu’au mois de Mai, à la suite de problèmes de matériel, je me retrouve à poney avec une sangle un peu trop grande. Et lors de la détente au galop, la selle a tourné. Avec la panique du poney qui ne comprenait pas ce qui arrivait, je n’ai pas réussi à anticiper ma chute comme je l’aurais voulu. Résultat, je termine ma séance de mise en selle avec un traumatisme des vertèbres sacrées et du coccyx. Et bien entendu cela se traduit par un mois complet d’arrêt de tout sport.

J’ai eu la chance de trouver quelqu’un pour travailler ma grosse pendant mon rétablissement. Malgré mes trois semaines d’arrêt de travail, je n’ai pas franchement eu l’occasion de prendre soin de ma bête. Même un simple pansage était impossible pour moi.

Quand j’ai enfin pu me mouvoir sans trop de douleurs, j’ai commencé tout doucement à m’occuper de nouveau de Foxy. Cela a commencé par juste aller la chercher au pré, puis cela a continué par un coup de brosse sur son dos, et finalement, au bout de ces trois semaines, j’ai pu lui prendre les pieds sans trop souffrir.
Je pensais que je voyais enfin le bout de mes galères.
Que nenni.

J’ai pu reprendre une semaine le travail à la mi-Juin, avant d’être de nouveau en arrêt. Et cette fois ci, beaucoup plus que ma cloison nasale allait être fracturé.
J’étais à quelques jours de pouvoir remonter à cheval. Après le boulot je suis passée à l’écurie, pour sortir un peu Foxy et me poser sur la table de pique-nique près d’elle. Mais elle ne m’a pas laissé l’occasion d’y arriver. Alors que je la tenais tranquillement à la longe, qu’elle marchait derrière moi, j’ai supposé qu’elle avait été effrayée par quelque chose. Ce dont je me souviens c’est juste de marcher, ressentir une vive douleur au visage, et reprendre mes esprits alors que j’étais allongée au sol, le nez en sang. Bien évidement j’étais seule. J’ai lâché la jument, et je suis allée m’asseoir là où j’avais prévu d’aller à l’origine. J’ai sorti mon portable, et appelé ma mère. Dans les minutes qui suivaient elle m’emmenait aux urgences, tandis que ma sœur s’occupait de récupérer Foxy. Pendant quelques instants, on ne va pas se mentir, c’est de la haine que j’éprouvais pour elle. J’ai, je l’admets, envisagé pendant une soirée, de ne plus la travailler, de ne plus l’approcher. De continuer à assurer ses soins oui, mais je ne voulais vraiment plus l’approcher. Après ça, ma confiance en moi en a pris un sacré coup
. Le moindre de ses mouvements me faisait faire un bond de trois mètre en arrière.

C’est à ce moment qu’à commencé un véritable travail sur moi même. Il fallait que je continue de m’occuper de ma jument, tout en ayant peur d’elle.
Je ne vais pas vous cacher qu’au début, j’ai laissé des amies prendre soin d’elle, car je ne pouvais même pas la toucher du bout de mes doigts. J’étais effrayée et à fleur de peau en sa présence.
2018-09-02_22.07.59.jpgPuis, peu à peu, j’ai commencé à de nouveau l’effleurer. A jouer machinalement avec ses crins, et pour finir, deux semaines plus tard, par poser ma tête sur son encolure. Je crois que c’est environ trois semaines après mon choc que je l’ai reprise en licol, et un mois après je lui faisais un petit pansage.
Au début du mois d’Août, j’ai subit une septoplastie, avec une semaine au repos de prescrite derrière. Et bizarrement, après cette intervention, j’ai eu une envie folle de reprendre le travail avec Foxy. Je trépignais d’impatience à l’idée de me remettre en selle. Un déclic inattendu mais très agréable, car je retrouvais enfin mon envie, mon besoin, d’être proche des chevaux, mais surtout proche de ma Foxy.

J’ai donc remis le pied à l’étrier le 10 Août, soit deux mois et vingt-deux jours après notre dernière séance à Foxy et moi.
J’étais malgré tout un peu stressée, mais je n’étais pas seule, et ma mini détente m’aura fait un bien fou !
Je suis remontée le lendemain pour faire une petite balade d’une quinzaine de minutes, toujours accompagnée. Et je suis remontée seule à la fin du mois.

Alors là comme ça, on pourrait croire que l’histoire s’améliore, mais pas tant que ça. Je suis aujourd’hui face à un problème plus grand que moi.
Parce que, le temps de mes convalescences, Foxy était aux soins d’amies, dont la propriétaire d’une jument dans le pré de la demoiselle. De de fait, pendant trois mois, elles ont été sorties toujours en même temps, et sont, en plus de ça, les meilleures amies du monde.
Problème, quand je vais chercher Foxy, et qu’à l’écurie elle reste seule et/ou séparée de sa grande copine, elle devient dangereuse. Elle est prise de panique ! Elle est dans un état de stress comme rarement on peut en observer. Si bien, que le pansage est une véritable bataille entre elle et moi, et que je finis découragée, et à bout de nerfs une fois sur deux. Car oui, j’ai toujours peur d’elle, et ce qu’elle me fait ne me rassure pas. Elle est très brusque (encore plus que d’habitude), gratte le sol très énergiquement, elle ne fait que bouger, et parfois même, elle tremble. Mais surtout, au moindre bruit, au moindre mouvement un peu rapide que nous faisons, elle se cabre, casse la ficelle à laquelle elle est attachée, et s’en va. Je ne sais plus quoi faire. Je suis démunie. Dans sa panique, elle ne respecte plus rien.

Voilà pour le premier bilan semestriel. Peu glorieux. Pleins de doutes et de peur. Mais on ne va pas lâcher prise, et continuer de travailler. Peut-être qu’à la fin de l’année je ne serai plus effrayée par ma petite jument comme je le suis aujourd’hui.

2018-09-02_22.05.38.jpg

 


4 réflexions sur “Suivi de travail S1-2018 : Remise en question.

  1. Oh pas facile tout ça, courage.
    Il me semble que l’année des 6 ans, c’est l’année de l’adolescence pour les chevaux, donc ça peut expliquer en partie que ça devienne plus difficile. Tu as fait un check-up santé? Des fois ça peut aider s’ils ont mal quelque part.
    Je vois bien la complexité de partir seules, ma jument est hyper grégaire aussi, elle n’aime pas être séparée des autres. Elle monte en pression progressivement et au bout d’un moment elle ne tient plus en place. C’est un peu plus facile si elle est occupée, mais si elle n’a rien à faire (genre au pansage), elle s’énerve et devient brute. Bon maintenant on a la balade comme principale activité donc ça va pour nous, même si elle réclame vite à rentrer. Y’a aussi des jours où c’est plus facile que d’autres, va savoir pourquoi. En tout cas ne te décourage pas, vous allez arriver à trouver votre équilibre!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour ce gentil commentaire 😊
      Je n’ai pas fait faire de check-up vétérinaire, mais j’y avais pensé justement. Je vais attendre sa prochaine visite pour en profiter.
      Le truc avec Foxy, c’est qu’en balade elle n’est pas spécialement perturbée d’être séparée des autres, mais c’est qu’elle a vraiment peur de tout, et qu’elle a des réactions démesurées. Plus le fait qu’effectivement, elle s’ennuie vite aussi à l’attache.
      Après oui, ce sont des juments avec leur caractère bien à elles.

      J'aime

  2. Merci à toi d’avoir eu le courage de nous partager ton aventure. C’est vraiment courageux de le faire et de montrer que tout n’est pas toujours rose avec nos montures… !
    Je ne vais pas t’apporter de recettes miracles mais peut-être que tu peux commencer par travailler à pied, en liberté dans un rond de longe ou une petite carrière si tu en as. Le but est de simplement vous reconnecter l’une à l’autre. Ne pense pas tout de suite à remonter dessus car tu n’es pas prête. Laisse-toi du temps et laisse aussi du temps à Foxy pour se remettre de tout ça et réapprendre à te faire confiance. Il faut aussi que tu regagne confiance en toi et prends le temps qu’il te faut. Ne te presse pas. Les chevaux nous apprennent parfaitement à devenir patient et là il faut que tu prennes sur toi pour te reconstruire et ensuite partir sur une nouvelle base avec ta jument.

    Bref, on peut continuer de discuter de tout ça sur Instagram, je serai ravie de t’aider à surmonter tout ça ❤

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire super gentil et instructif !
      Ce sont effectivement des conseils que je vais appliquer. On reprend le travail à pied cette semaine. Mais en tout cas, l’ostépathe est venu le week-end dernier, et je crois qu’il a fait des miracles. J’ai eu un week-end parfait.
      Après oui, on va devoir débuter une phase de reconstruction elle et moi, mais je crois qu’on est déjà en bonne voie 😄

      En tout cas, j’accepte bien évidemment ta proposition de continuer à discuter de ça sur Instagram, et je t’en remercie 😁

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s